Archive for the ‘Energie’ Category

Visio CO2

mars 31, 2008

Je voulais parler il y a un moment de cet outil développé par Ernst & Young, que je trouve très intéressant : . C’est un outil très simple qui permet de calculer les émissions de CO2 évitées grâce à la visioconférence, de quoi démontrer l’avantage que présentent les NTIC par rapport à l’avion, le train ou encore la voiture. Le calculateurs couvre une centaine de villes dans le monde (France et Europe principalement), sur l’exemple suivant, j’ai pris l’exemple d’une réunion de 4 personnes, organisée à Paris avec 2 personnes venant d’Angleterre et 1 d’Allemagne. Dans ce cas précis, la visioconférence aurait permis d’économiser 956 Kg de C02…

visio-co2.png

Visio CO2

Publicités

Saverclip, saving energy!

mars 28, 2008

La Saverclip a été créé par Wang Tsunho (Lufdesign) pour sensibiliser les gens sur leur consommation d’électricité et les inciter à réduire le gaspillage. Le Saverclip se clipse sur les câbles électriques et permet de lire la quantité de l’électricité consommée à chaque instant par chaque appareil. Wang Tsunho s’attaque tout particulièrement à la consommation d’énergie inutile par les appareils mis en veille. Selon lui, il nous serait possible de réduire nos émissions de CO2 de 1,5% soit de361 770 tonnes par an.

saverclip_001.jpg
f
saverclip_008.jpg

Tous les moyens sont bons pour prendre conscience de l’énergie qu’on consomme, bien inutilement parfois!

Lufdesign

Chauffe qui peut

mars 27, 2008

Le froid est toujours là et les beaux jours se font attendre. C’est bien normal en même temps! Alors je ne sais pas si c’est parce que je me gèle dans mon appartement que je parle de cela aujourd’hui, mais en tous cas je trouve l’idée très poétique et plutôt intéressante. Un chauffe plat en céramique que l’on adapte sur les vieux radiateurs pour conserver boissons et casse-croûte chauds sans devoir utiliser l’énergie supplémentaires d’un micro-onde ou d’un four…

radiator_heater.jpg

radiator_heater2.jpg

Yanko Design

Windela

mars 26, 2008

Il est temps de mettre fin au gaspillage d’énergie partout où cela est possible et les initiatives responsables ne manquent pas. En voilà une intéressante que j’ai découvert il y a peu : les lampadaires Windela, combinant l’énergie éolienne et l’énergie solaire. Les créateurs de Windela veulent souligner que les énergies fossiles sont en voie de disparition et qu’elles coûtent de plus en plus cher chaque jour, sans compter que la production d’énergie à partir des ressources fossiles est généralement très polluante. Ils se sont attaqués à la problématique de l’éclairage public sachant qu’il représente environ 12% de la consommation mondiale d’énergie.

issy1.jpg

Windela est un lampadaire urbain autonome et économique qui ne nécessite aucune source d’énergie externe. Les pales de Windela sont à axe vertical, ce qui évite le bruit dû au frottement du vent. Le «kit» éolien surmontant ce lampadaire démarre seul, dès un souffle de vent de 2 m/s (voire moins), s’auto-ralentit jusqu’à s’arrêter automatiquement si le vent enfle trop (à partir de 20 m/s). Le mât est, lui, conçu pour résister à des bourrasques de 200 km/h. L’autonomie de Windela est de 4 à 5 jours, grâce aux batteries présentes dans le mât. Elles sont malheureusement au plomb d’une dureé de vie de 5 ans en moyenne, mais peuvent aussi être au lithium, plus chères mais d’une durée de vie d’environ 10 ans. Windela a encore quelques points à optimiser, notamment sur le recyclage, mais c’est encourageant de voir cela! D’ailleurs Windela a été récompensé au Salon des Maires en 2007 et des essais vont se mettre en place un peu partout en France.

Il existe d’autres modèles de lampadaire éolien/solaire, notamment celui-ci distribué par Panasonic Japon. Il a l’air plus au point et est en tous cas plus utilisé dans le monde. Je vous laisse regarder les spécificités techniques sur le site japonais de Panasonic.

spinningstreetlight.jpg

Windela

Via Le Figaro – Sciences

Panasonic

Hyperexperience

Eclairage public, pollution lumineuse et gaspillages!

février 29, 2008

je ne peux m’empêcher de relayer la chronique d’Ophélie Neiman, journaliste à Rue89, sur la pollution lumineuse en ville. Elle y présente le clan du Néon, dont la mission est d’éteindre les enseignes lumineuses restées allumées pendant la nuit…excellent programme!

Comme l’écrit Ophélie Neiman, « Plusieurs études évaluent l’éclairage à 40% des consommations totales d’électricité du secteur tertiaire. L’éclairage public n’est pas en reste, selon une récente enquête de l’ADEME. Dans une commune, il absorbe en moyenne 47% de la consommation d’électricité, c’est le plus gourmand en énergie. Et pour cause, aucune règlementation n’existe pour encadrer cette pratique. Réglementer la pollution lumineuse, c’est l’engagement numéro 75 du Grenelle de l’environnement. » En attendant que ça bouge de ce côté là, le clan du Néon fera le travail…merci!

Je vous laisse lire l’article d’Ophélie Neiman sur Rue 89 et regarder un petit reportage sur le clan du Néon!

Rue 89

Clan du néon

ADEME

Avex

Earth hour 2008

février 28, 2008

Le premier Earth Hour a eu lieu à Sydney en 2007. Le 31 mars dernier, 2.2 millions de personnes et 2100 entreprises de Sydney a arrêté leurs lumières pour une heure. Même le mythique opéra de Sydney et le Harbour Brigde ont participé. Cet effort collectif massif a réduit la consommation d’énergie de Sydney de 10.2% pour une heure (ce qui équivaut à retirer 48 000 voitures de la circulation pour un an).

image-4.png

Le mouvement à pris de l’ampleur. Cette année, le 29 mars 2008 à 20h, Sydney éteindra à nouveau ses lumières, accompagnée d’Adélaide, Atlanta, Bangkok, Brisbane, Canberra, Chicago, Christchurch, Copenhague, Dublin, Manille, Melbourne, Montréal, Odense, Ottawa, Perth, San Francisco, Suva, Tel Aviv, Toronto et Vancouver…il est encore possible d’écrire Paris, mais je crois que nous déjà pris par nos « 5 minutes pour la planète » ;-).

Ok elle était facile celle là, au moins on fait quelque chose!

Earth Hour 2008

Bed Zed à Londres, un classique !

février 27, 2008

Vous connaissez tous l’exemple anglais d’éco quartiers!? C’est pas grave on en remet une couche juste pour le plaisir!

Le village écologique BedZED (Beddington Zero Energy Development) comprend 82 logements et 2 300 m2 de bureaux et commerces, il a vu le jour dans la banlieue en 2000 à Sutton, au Sud de Londres. Des promoteurs immobiliers engagés dans le développement durable ont créé ce village écologique pilote pour démontrer que « l’habitat peut être pensé et construit sans dégrader l’environnement ». Pour évaluer l’impact environnemental de BedZED, les concepteurs ont réalisé une analyse de cycle de vie du village en développant des principes écologiques forts (habitat sain, énergies renouvelables, gestion rationnelle des déchets, transports doux) et des concepts sociaux spécifiques (participation citoyenne, accessibilité, mixité sociale).

bedzed.jpg

Les logements a été conçus en termes d’efficience énergétique et de qualité de vie : choix des matériaux d’isolation, système de ventilation et de récupération de la chaleur, orientation des bâtiments par rapport au soleil, système de récupération des eaux de pluie pour les toilettes et les jardins, traitement biologique des eaux usées, toits verts, installation de panneaux photovoltaïques et combustion de bois de récupération pour fournir l’énergie électrique et thermique, espaces verts individuels et collectifs. À cette réflexion s’ajoute le principe de boucle locale : 90 % des matériaux proviennent d’un périmètre de moins de 50 km et sont recyclés et valorisés au maximum et au plus proche. Les déplacements sont réduits au minimum : les commerces et le réseau de transports publics sont accessibles à proximité, il existe un club de partage de voitures, des bornes de recharge pour les véhicules électriques, un système de livraison de produits frais et issus de l’agriculture biologique, etc.

bed-zed.png

La réalisation du projet aura coûté plus de 15 millions de livre Sterling, un investissement important au départ, qui s’avère cependant très économique sur le long terme. Si l’on compare BedZED à des habitations classiques, la consommation énergétique totale a été réduite de 70 %, les dépenses liées au chauffage de 90 % et le volume des déchets de 75 %. De cette façon, BedZED aura réussi à réduire son empreinte écologique de 50 %. BedZED est la preuve que mettre en pratique le développement durable à l’échelle d’une ville est possible sans pour autant être synonyme de coûts exorbitants et de perte de confort. BedZED n’est pas un îlot pour familles aisées, les logements ont tous été vendus ou loués à des prix équi- valents à ceux du marché classique. Les promoteurs ont pu avoir un retour immédiat sur l’investissement à travers les revenus fournis par les activités de commerces et de bureaux développés dans le village.

Une bonne source d’inspiration, non?

BedZed

BedZed sur Flickr

Green NYC

février 20, 2008

Je viens de tomber sur les ambitions de la ville de New York que l’on trouve dans le PLANYC 2030. « Small Steps, big strides ». Voici une vidéo de présentation qui pourra vous donner envie de creuser davantage!

La plan présente une grande quantité de mesures bien ambitieuses, voici les principales :

grenn-nyc.png
green-nyc-2.png

PLANYC