Réfection du blog!

avril 17, 2008

Pas de billets doux depuis plusieurs jours. Nous sommes en train d’ajouter une petite touche graphique au blog des Inventeurs, un peu de patience et nous serons très vite de retour avec de belles infos!

A bientôt!

Empreinte écologique et transparence…

avril 4, 2008

Je pensais à la responsabilité des entreprises ce matin et je trouve qu’on est encore de modèles transparents et responsables. Peu d’entreprises nous disent exactement comment sont fabriqués leurs produits et ce qui leur en coûte.

Je ne sais pas si vous vous rappelez la démarche du fabricant de chaussures Timberland qui place une étiquette détaillant « l’empreinte » écologique de la chaussure. Timberland est dans une démarche de transparence et de sensibilisation sur la fabrication de ses produits. L’étiquette donne des informations sur le lieu de production, sur l’énergie utilisée pour produire la chaussure, sur les heures de main d’œuvre qui ont été nécessaires, etc.

timberland.pngtimber.jpg

C’est un bon début, mais cela reste succinct! La démarche d’une entreprise comme Seyes me tient plus à coeur. Seyes qui produit aujourd’hui des écharpes (et qui avant produisait des pulls) est un exemple de transparence et de responsabilité. Il suffit de regarder leur site pour comprendre leur implication. En plus de fabriquer en France, des écharpes en coton biologique issu du commerce équitable, Seyes expose son travail sur toutes les étapes de production en suivant des règles strictes d’écoconception. L’impact environnemental (et social) d’un produit Seyes est considérablement réduit si on le compare à un produit « conventionnel ». Le consommateur sait tout de la récolte du coton brut, de l’égrenage, de la filature, de l’ennoblissement, du tricotage et de la confection. Il sait également comment est calculé le prix de vente du produit. Seyes tient à être d’une transparence exemplaire sur ses flux financiers et sur la répartition des coûts de l’entreprise…je vous laisse consulter cela directement sur leur site, c’est très très intéressant!

seyes.png

Timberland

Seyes

Un peu de photo…

avril 2, 2008

Il y a plusieurs mois, j’ai découvert le travail du photographe Chris Jordan. J’ai tout de suite adoré son approche de la (sur)consommation.

1121878289.jpg
f
1114177184.jpg
 f
1114175929.jpg

Ce matin, je suis tombée sur le travail de Michael Wolf et là aussi j’ai été pas mal impressionnée par ses clichés sur la densité de population en ville et sur la fabrication des jouets en Chine.

mw1.png
f
mw2.png
f
mw3.png

Je vous laisse regarder ça tranquillement.

Chris Jordan

Michael Wolf

Le Vectrix, scooter électrique

avril 2, 2008

Je ne pense pas que le problème climatique sera résolu par la conversion du parc automobile en électrique. Electrifier tout le parc automobile français déplacerait le problème des émissions de CO2 du transport vers celui de la production d’électricité, puisqu’il faudrait quasiment doubler noter production pour alimenter nos quelques 30 millions de véhicules.

Il est tout de même intéressant de noter les innovations du secteur. Voici donc le Vectrix, un scooter électrique qui est plutôt joli!

vectrix.png

Le Vectrix n’affiche pas des performances exceptionnelles, ce n’en est pas moins un véhicule de choix pour la ville. il lui faut 3,6 secondes pour passer de 0 à 50km/h, ce qui n’est pas mal et sa vitesse maximum est 100 km/h. Il a une autonomie d’environ 80 kms et il faut entre 3 et 5 heures pour le recharger.

Je vous laisse creuser ça sur leur site!

Vectrix

Via Inhabitat

Des scooters et des vélos électriques en location au lycée Monge…

avril 2, 2008

En voilà une bonne nouvelle, au lycée de Monge à Chambéry, 20 scooters, esolex et vélos électriques ont été mis à disposition des 1700 élèves et des 320 enseignants moyennant quelques euros de frais de location. Des essais gratuits sont proposés ainsi que des locations sur trois jours (5 € pour les moins de 26 ans ou 10 €) ou un mois (15 € ou 30 €). Mieux encore, les scooters, esolex et vélos sont rechargés grâce à l’énergie produite par les 350m2 panneaux solaires installés sur l’établissement. La production produite par la centrale photovoltaïque est suffisante pour alimenter 250 engins électriques, aujourd’hui elle est en partie revendue à EDF.

0326211129_009327591previewjpg435x-1.png
Photo : Thierry Guillot

Le concept a été imaginé par l’agence Ecomobilté, avec le soutien financier de Chambéry métropole (40 000 €), la Région Rhône-Alpes (28 000 €) et l’ADEME (10 000 €).. L’agence compte bien impliquer d’autres lycées à l’avenir. Le lycée Monge est en avance sur le développement durable, ici on parle économie de papier et de chauffage, des repas bio sont proposés au self et du café bio est vendu entre midi et 14 heures certains vendredi. C’est encourageant!

mars 31, 2008

je suis sûre que vous connaissez Michael Reynolds, l’architecte un peu fou qui construit des maisons autonomes avec tout ce qui lui passe sous la main : canettes de bières, pneus de voitures, bouteilles d’eau et j’en passe. Michael Reynolds a fondé le concept d’Earthship biotecture, un terme bien étrange qui désigne la construction de maisons passives à partir de matériaux naturels ou issus de la récupération. Michael Reynolds est un partisan des énergies renouvelables et des systèmes intégrés de gestion des eaux. Cela donne toujours des construction plutôt étranges (mais uniques) source de nombreux conflits avec les autorités. Voilà le genre de maison qu’il fait :

mr.png

Un DVD, « Garbage Warrior » présentant son travail sortira le 2 avril 2008, de quoi rêver un peu…

Je vous laisse vous plonger dans son site Internet, il est passionnant! Si son travail vous plaît, vous pouvez participer à l’un de ses séminaires, ou encore réserver quelques nuits dans « The Phoenix », qui est son dernier exemple d’earthship biotecture. Ça doit être une bonne expérience!

phoenix_const_oview.jpg phx_east_bath.jpg

phx_east_bath3.jpg phx_gwater.jpg

phx_oview2.jpg

Garbage Warrior

Earthship Biotecture

Visio CO2

mars 31, 2008

Je voulais parler il y a un moment de cet outil développé par Ernst & Young, que je trouve très intéressant : . C’est un outil très simple qui permet de calculer les émissions de CO2 évitées grâce à la visioconférence, de quoi démontrer l’avantage que présentent les NTIC par rapport à l’avion, le train ou encore la voiture. Le calculateurs couvre une centaine de villes dans le monde (France et Europe principalement), sur l’exemple suivant, j’ai pris l’exemple d’une réunion de 4 personnes, organisée à Paris avec 2 personnes venant d’Angleterre et 1 d’Allemagne. Dans ce cas précis, la visioconférence aurait permis d’économiser 956 Kg de C02…

visio-co2.png

Visio CO2

Shower timers

mars 28, 2008

Toujours dans le même esprit que ce qui suit, voilà une solution pour raccourcir un peu sa douche et économiser par là un bon paquet d’eau et d’énergie. C’est le timer de douche…c’est vrai qu’il suffit de prendre celui de la cuisine pour le mettre dans la douche mais ce n’est pas forcément évident.

C’est intéressant, mais je me demande pourquoi encore créer un nouvel objet…

425envirosaxtimer.jpg

Via Greendealsdaily

Envirosax

Saverclip, saving energy!

mars 28, 2008

La Saverclip a été créé par Wang Tsunho (Lufdesign) pour sensibiliser les gens sur leur consommation d’électricité et les inciter à réduire le gaspillage. Le Saverclip se clipse sur les câbles électriques et permet de lire la quantité de l’électricité consommée à chaque instant par chaque appareil. Wang Tsunho s’attaque tout particulièrement à la consommation d’énergie inutile par les appareils mis en veille. Selon lui, il nous serait possible de réduire nos émissions de CO2 de 1,5% soit de361 770 tonnes par an.

saverclip_001.jpg
f
saverclip_008.jpg

Tous les moyens sont bons pour prendre conscience de l’énergie qu’on consomme, bien inutilement parfois!

Lufdesign

Energy wasting day!

mars 27, 2008

Il est bon d’en rire parfois!

Chauffe qui peut

mars 27, 2008

Le froid est toujours là et les beaux jours se font attendre. C’est bien normal en même temps! Alors je ne sais pas si c’est parce que je me gèle dans mon appartement que je parle de cela aujourd’hui, mais en tous cas je trouve l’idée très poétique et plutôt intéressante. Un chauffe plat en céramique que l’on adapte sur les vieux radiateurs pour conserver boissons et casse-croûte chauds sans devoir utiliser l’énergie supplémentaires d’un micro-onde ou d’un four…

radiator_heater.jpg

radiator_heater2.jpg

Yanko Design

Windela

mars 26, 2008

Il est temps de mettre fin au gaspillage d’énergie partout où cela est possible et les initiatives responsables ne manquent pas. En voilà une intéressante que j’ai découvert il y a peu : les lampadaires Windela, combinant l’énergie éolienne et l’énergie solaire. Les créateurs de Windela veulent souligner que les énergies fossiles sont en voie de disparition et qu’elles coûtent de plus en plus cher chaque jour, sans compter que la production d’énergie à partir des ressources fossiles est généralement très polluante. Ils se sont attaqués à la problématique de l’éclairage public sachant qu’il représente environ 12% de la consommation mondiale d’énergie.

issy1.jpg

Windela est un lampadaire urbain autonome et économique qui ne nécessite aucune source d’énergie externe. Les pales de Windela sont à axe vertical, ce qui évite le bruit dû au frottement du vent. Le «kit» éolien surmontant ce lampadaire démarre seul, dès un souffle de vent de 2 m/s (voire moins), s’auto-ralentit jusqu’à s’arrêter automatiquement si le vent enfle trop (à partir de 20 m/s). Le mât est, lui, conçu pour résister à des bourrasques de 200 km/h. L’autonomie de Windela est de 4 à 5 jours, grâce aux batteries présentes dans le mât. Elles sont malheureusement au plomb d’une dureé de vie de 5 ans en moyenne, mais peuvent aussi être au lithium, plus chères mais d’une durée de vie d’environ 10 ans. Windela a encore quelques points à optimiser, notamment sur le recyclage, mais c’est encourageant de voir cela! D’ailleurs Windela a été récompensé au Salon des Maires en 2007 et des essais vont se mettre en place un peu partout en France.

Il existe d’autres modèles de lampadaire éolien/solaire, notamment celui-ci distribué par Panasonic Japon. Il a l’air plus au point et est en tous cas plus utilisé dans le monde. Je vous laisse regarder les spécificités techniques sur le site japonais de Panasonic.

spinningstreetlight.jpg

Windela

Via Le Figaro – Sciences

Panasonic

Hyperexperience

NU à Rotterdam!

mars 26, 2008

Je suis tombée sur une initiative intéressante pour développer la consommation de produits durables et responsables. La carte NU à Rotterdam aux Pays Bas! NU (qui veut dire « Maintenant ») est une carte de consommation éco-responsable. Elle fonctionne sur le même principe qu’une carte de fidélité classiques : le consommateur qui choisit des produits durables bénéficie de points qui lui permettront de recevoir des « bons d’achats durables » qui peuvent être échangés contre des produits ou services éco-responsables (billets de transports en commun, location de vélo, services de réparation, etc…).

nu1.png

La carte ne couvre pas seulement les produits que l’on trouve dans les supermarchés. Les consommateurs sont récompensés pour l’achat de matériaux de construction écologiques et d’isolation ou d’articles de seconde main, mais aussi lorsqu’ils passent à la déchetterie ou qu’ils utilisent les transports en commun. Il s’agit de récompenser l’achat de produits durables mais aussi les « comportements durables ». L’objectif est de modifier le comportement des consommateurs et de les orienter vers des achats responsables et durables. Le système de gratification encourage les consommateurs à prendre systématiquement en compte la composante environnementale dans leurs achats.

Ce projet est à l’étude en France. L’excellent site Novethic en parle justement dans son article « le marketing au service de la consommation durable ». Le Mouvement Vraiment Durable souhaite en effet tester une carte de fidélité multi-enseignes fédérant l’ensemble des offres de produits responsables. Selon la journaliste de Novethic, Hélène Huteau, la phase pilote, devrait être lancée dès la fin 2008. Elle impliquera dans un premier temps deux grandes enseignes de distribution, la Lyonnaise des Eaux, un acteur de l’énergie et un (ou plusieurs) dans les transports. La carte du « consom’acteur » lui permettrait de bénéficier de réductions sur le Vélib’ ou les tickets de métro, grâce aux points cumulés en achetant du café équitable, des vêtements en coton biologique ou encore en ayant diminué sa facture d’eau ou d’électricité. A méditer!

Je vous laisse lire l’article de Novethic

Nu spaarpas

Mag SYTCOM

Lave linge/toilettes

mars 25, 2008

Ça n’a rien à voir avec le reste, mais c’est pas grave! Voici le travail d’un designer turc, Sevin Coskun. « Washup » est une machine à laver intégrer à un système de chasse d’eau de toilettes. Sevin Coskun a voulu surligner sur notre (sur)consommation quotidienne d’eau en réutilisant au maximum les eaux usées. le « Washup » est aussi une solution à la densité urbaine où il est bon de tirer parti des petites surfaces de nos appartements ; ici, la machine à laver est installée au dessus des toilettes…je suis pas forcément sûre de la trouvaille, mais bon…faur l’utiliser avant de juger!

greener_gadgets_02_sm.jpg
f
greener_gadgets.jpg

Sinon, il y a aussi la version lavabo intégré dans la cuvette des toilettes. C’est un autre style, qui ne doit pas être des plus confortables, mais bon…Je vous laisse regarder davantage sur le site de Camora.

profile-toilet.jpg

Via Core77

Camora

Gestion naturelle des eaux de new York

mars 25, 2008

Je ne sais pas si vous avez lu le Hors Série du Monde Diplomatique, l’Atlas de l’environnement, mais un article très intéressant portait sur la gestion de l’eau dans la ville de New York. Depuis plus de 10 ans, New York a fait le choix d’un gestion naturelle et écologique de son eau. Elle avait le choix entre créer une nouvelle usine de traitement des eaux et privilégier les fonctions des écosystèmes des bassins versants. 10 millions de New Yorkais sont alimentés en eau potable par le bassin versant Catskill-Delaware, un ensemble de 5000 kms2 de vallées cultivées et de montagnes couvertes de forêts. Cet écosystème pompe et filtre quotidiennement 6,8 milliards de litre d’eau purifié, ce qui permet de subvenir à 90% de besoins de New Yorkais. Les forêts de Catskill-Delaware filtre l’eau, mais permet également de stabiliser la production quotidienne d’eau potable en atténuant les risques d’inondations, elles limitent l’érosion des sols, abritent la faune et la flore et enfin stockent le carbone.

map.gif

Cet écosystème a été souvent menacé, mais aujourd’hui la ville fait de grands efforts pour le protéger, consciente que la construction d’une usine coûterait à la ville un investissement de 6 à 8 milliards de dollars, sans compter les 300 à 500 millions de dépenses annuelles d’exploitation et d’entretien. Par comparaison, l’assainissement des bassins versants n’a coûté « que » 2 milliards de dollars, cela comprenait les coûts d’acquisition des terrains autour des réservoirs afin de préserver les forêts et les zones humides qui font tampon contre la pollution, ainsi que l’attribution de crédits aux propriétaires fonciers locaux pour l’entretien de forêts.

Même si cela ne s’est pas fait avec grande facilité, la victoire est triple : Les citadins ont une eau de qualité à moindre coût, les ruraux sont rétribués pour leur gestion des terres et pour leurs actions de protection des écosystèmes et les résidents de New York et de ses environs peuvent profiter de paysages naturels protégés. Aujourd’hui l’expérience a fait des émules, des actions similaires sont menées au Mexique, en Allemagne, en France ou encore au Costa Rica où 20 000 résidents et entreprises installés près de la capitale acceptent de payer un peu plus cher leur eau pour investir dans la conservation des forêts situées autour de la ville.

New york department of envrionmental protection

Monde diplomatique